La courbe en U de la volatilité intra day

Je vous propose que nous zoomions maintenant sur une séance, afin d’exposer un seul U au grand jour.

Prenons l’exemple de STmicroélectronics et son graphique en format 30 minutes, et zoomons sur une seule séance.

Tangent p5 1

Source : Axial Finance Expert

Les deux traits noirs verticaux sur les cours délimitent 12h00 de 15h00. On voit bien que les cours ont un range moyen sur six barres de 30 minutes de 0,50% entre 9 heures et 12 heures. Puis, le range moyen tombe à 0,25%, soit la moitié de la volatilité du matin. Avant de remonter après 15 heures, jusqu’ à 17h30 vers 0,50 / 0,60% d’écart sur des barres de 30 minutes. En pointillé horizontal, il s’agit du seuil de 0,40%, point-pivot des variations.

Ce phénomène est loin d’être caractéristique de ST Micro. Alcatel ci-dessous, réagit exactement de la même manière.

Alcatel, deux mois en 30 minutes

Tangent p5 2

Source : Axial Finance Expert

La seule différence majeure entre STmicroélectronics et Alcatel est le niveau moyen de range en 30 minutes. En effet, 0,40% est un seuil-pivot pour la première (tracé ici, à nouveau en pointillé), alors qu’Alcatel a une volatilité deux fois supérieure avec un pivot proche de 0,80%. On voit bien en effet que la courbe de volatilité oscille en permanence au-dessus des pointillés. Retournez voir l’exemple de ST Micro pour comparer.

C’est le point théorique auquel je faisais allusion il y a quelques pages. Tout doit s’appréhender de manière relative encore une fois et non en valeur absolue. Il faut adapter les seuils en fonction de la taille des variations habituelles d’une action.

J’ai repris l’exemple de ST Micro avec les mêmes indicateurs en format 30 minutes et le seuil de 0,40% en niveau pivot.

Tangent p5 3

Vous devez avoir confiance dans cette approche. Elle repose sur un principe phare du fonctionnement des marchés financiers.

La cyclicité de la volatilité en day trading

 

Quelle est la différence entre le swing trading et le day trading ?

Réponse : la cyclicité de la volatilité. Si nous consultons les cours de bourse en format quotidien, il est relativement rare de pouvoir observer des changements violents et brusques des niveaux de volatilité. Certains titres y parviennent. Je pense à Pinguely Haulotte qui fait preuve d’une cyclicité assez étonnante.

1

On voit bien en effet sur ce titre que la courbe des ranges monte et descend à intervalles réguliers.

2

Source : Axial Finance Expert

Cela n’a rien à voir avec Bouygues par exemple, où la cyclicité est nettement moins visible.

La notion de cyclicité exprime l’idée qu’une courbe monte et descend vers des zones extrêmes, de manière répétitive. Un peu comme un RSI 14 jours qui oscille entre 30 et 70.

Regardez la différence de cette même volatilité de range sur des graphiques intra day, destinés à faire du day trading.

3

axialfinance.com

La cyclicité de la volatilité est presque parfaite ici sur ST MicroElectronics.

Il s’agit de la fameuse courbe en U. souvenez des différents profils présentés au début de ce chapitre avec les zones 1, 2 et 3. Le bas de la lettre U symbolise l’absence de volatilité de la « dead zone », la zone numéro 2.

Exploiter la volatilité en day trading

Pourquoi suis-je obsédé par les écarts entre le plus haut et le plus bas ?

Pour une raison évidente que chacun peut rapidement saisir : souvenons-nous de France Télécom en 2002 avec une moyenne de range de 10% par jour.

Que se passe-t-il si au bout de trois heures de cotation, l’écart entre le plus haut et le plus bas est de seulement 1,5% ? Le premier break à la hausse ou à la baisse risque fort d’étendre le range de manière à la ramener vers sa moyenne quotidienne de 10% ! C’était à cette époque des signaux efficaces. Si cette âge d’or est révolu en 2005, le principe d’extension du range du jour reste d’actualité. Je vais développer cette stratégie dans la suite de ce chapitre.

Avant de creuser notre sujet plus en détail, je souhaiterais rappeler qu’aborder la volatilité ne peut s’envisager qu’en valeur relative. Aucun indicateur ni aucune règle n’est fixe dans le temps. Il est impératif d’ajuster en permanence, en fonction de la force du vent, les seuils déclenchant les signaux d’achats ou de vente.

Vous comprendrez par la suite à quoi je fais allusion. Rappelez-vous juste que les courbes intra day d’un titre qui réalisent des écarts quotidiens moyens de 10% n’ont rien à voir avec celles, congestionnées, des valeurs qui ne décalent que de 3% par jour.

Si les principes de fonctionnement sont identiques, les niveaux sont relatifs et fonction de la volatilité de range. Personne ne précise jamais ce fait. Je pense notamment aux livres de trading américains publiés entre 1999 et 2002, au moment où les titres techno ont réalisé des records d’écarts et de ranges, à la hausse comme à la baisse. Les stratégies présentées dans ces livres sont totalement inapplicables aux valeurs normales avec un range de 2 à 4%. Elles sont valides, mais uniquement sur des titres à forts ranges… une subtilité pas toujours évidente au départ.